.

.
Convivialité, esprit d'entraide, et création d'un lien social entre tous les plaisanciers qui fréquentent le port de Vannes

samedi 7 avril 2018

Remise des lots suite au questionnaire



Hier au local de l’APPV, le moment tant attendu était arrivé.

En effet, suite à la sortie « Hiver » au grand blockhaus de Saint Nazaire, particulièrement appréciée, Muriel et William nous avaient concoctés un questionnaire nous permettant de vérifier à la fois, l’attention portée par les participants lors de la visite, ainsi que leur mémoire "infaillible".

Miguel recevant son cadeau
sous des applaudissements nourris.
Les copies, corrigées avec impartialité (quoiqu’en disent certains…), ont données des notes (proches de la moyenne) qui ont été révélées devant une assistance, autant passionnée qu’indisciplinée.

10 questions pointues, portant sur le Blockhaus, le conservateur, le sous marin U-BOOT 455, le bâtiment Lancastria ou encore l’opération Chariot ont donc mis à l’épreuve les candidats au questionnaire.

Ainsi les résultats sont tombés: 3 vainqueurs ex-aequo: Miguel, Gildas et Etienne. Un autre gagnant, proche des vainqueurs est Gérard. Puis un lot humoristique a été attribué à Jean-Paul, pour nous avoir fait bien rire, même en son absence… Et enfin des lots de consolation pour ceux et celles qui n’ont pas répondu.


Muriel & William

samedi 31 mars 2018

VFV invite les adhérents de l'APPV à sa prochaine sortie





Sortie  de Printemps Vannes Fareham Voile
Du Mardi 1er Mai au Samedi 5 mai 2018


Chers amis navigateurs,
Voici le programme de notre sortie de Printemps en flottille (soumise aux conditions météorologiques) :
(Les heures ci-dessous sont données en heures UTC+2, les distances sont approximatives).

Mardi 1er Mai 2018: Vannes - Le Crouesty - Piriac (12+19 MN)
Ouverture du pont de Kerino : de 08h30 à 11h00
Destination : Piriac. Regroupement de la flottille à 12h00 à la sortie du chenal du Crouesty.

PM à Port-Navalo :           06h34
PM à Vannes :                            08h38
PM à Piriac:                                 18h20
Coefficient :                                 94 / 92
Ouverture du port de Piriac : 14h35 – 23h06

Mercredi 2 Mai 2018: Piriac - Pornic (32 MN)
Ouverture du port de Piriac : 02h52 – 11h27
09h00: Départ de Piriac pour Pornic

PM à Piriac :                               06h38
PM à Pornic:                                18h39
Coefficient :                                 89/ 86


Jeudi 3 Mai 2018: Pornic - Pornichet (21 MN)

10h00: Départ de Pornic pour Pornichet

PM  à Pornic:                               06h56
PM  à Pornichet:                         19h18
Coefficient :                                 82 / 77

Dîner de croisière

Vendredi 4 Mai 2018: Pornichet - Le Crouesty (31 MN)

09h00 : Départ de Pornichet pour Le Crouesty

PM  à Pornichet:                         07h36
PM à Port-Navalo:                      20h25
Coefficient :                                 72 / 67

Samedi 5 Mai 2018: Le Crouesty - Vannes (12 MN)

Départ libre pour les bateaux basés dans le golfe

PM à Port-Navalo :           08h38
PM à Vannes :                            10h47
Coefficient :                                 61 / 56
Ouverture du pont de Kerino :   de 08h30 à 12h30
Nous pourrons communiquer par VHF :
Canal d’appel : le canal 16
Canal de dégagement : le canal 72
En cas de communication difficile en VHF, appeler le 06 07 23 99 12
                                                                                   ou le 06 82 40 83 10.
                                                                                                       
Salutations nautiques.

Les responsables de la commission sortie.

mardi 6 mars 2018

Sortie APPV "sans bateau" du 3 mars 2018

Ce sont 20 membres de l’APPV qui ont répondu présents à cette sortie « hiver », qui annonce l’ouverture prochaine de la saison de navigation. 
Sortie organisée par Miguel - avec sa commission - et le talent qu’on lui connaît…


C’est donc en convoi et non pas en flottille que nous nous sommes rendus à Batz- sur-mer (entre la Baule et le Croisic), sous un ciel mi-figue, mi-raisin, pour découvrir le Grand Blockhaus qui a servi de poste de commandement du mur de l’Atlantique.

Un blockhaus parmi d’autres, direz-vous ? Il y en a tellement sur la côte Atlantique.
Mais pas tout à fait !
Celui-ci a été ressuscité de ses cendres tel un phénix par deux amoureux de l’Histoire : Luc et Marc Braeuer.
Ces deux passionnés ont cherché, recueilli, découvert, organisé des témoignages, des documents pour faire revivre l’histoire de ce blockhaus, celle d’une région, mais aussi cette période difficile que fut la seconde guerre mondiale.

Sans reprendre les causes et la chronologie de cette période (nous vous renvoyons à vos cours d’histoire…), la construction de ce bloc d’observation (vue à 360°) à l’embouchure de la Loire, en 1942, par les Allemands, s’inscrit dans la défense de la côte Atlantique, appelée, « Mur de l’Atlantique », contre toute tentative de
débarquement. En effet, le Allemands pensent que, si débarquement il y a, ce sera forcément dans un Port (Saint-Nazaire, Lorient etc…). Idée démentie, bien sûr par la suite !

Ainsi, ils renforcent la surveillance de cette zone en ponctuant la côte de blockhaus.
Pour le rendre invisible des aviateurs alliés, les Allemands ont eu « la riche idée » de le décorer de fenêtres, portes, escalier, murs en brique, toits en trompe l’œil, apparaissant ainsi comme une grande villa du bord de mer. Les canons ne sont pourtant pas loin : six sont situés autour du blockhaus comme DCA et deux autres postés à 500 mètres (d’une portée de tir de 22Km en direction de la mer).
Le blockhaus est construit à 15 mètres au dessus du niveau de la mer, sur 3 étages, dont un sous-sol, avec des murs en béton armé de 2 mètres d’épaisseur, en l’espace de 3 mois, comme savaient le faire les Allemands. Il ne sera jamais attaqué par les Alliés.

Les salles comportent des objets, des scènes représentant la vie dans le blockhaus et des documents (photos, vidéos) relatant quelques évènements : l’opération « Chariot », la disparition du « U Boot 455 », le naufrage du paquebot Lancastria, la signature de la reddition de la poche de Saint Nazaire, deux jours après la capitulation de l’Allemagne etc… pour n’en citer que quelques uns.

Ce que l’on retiendra (entre autre) de cette visite, qui nous a plongé dans cette période douloureuse, mais combien riche, ce sera bien sûr l’Histoire avec un grand « H », mais aussi les histoires, celles d’hommes et de femmes-Allemands ou non, qui ont traversé ces évènements tragiques (comme spectateurs ou acteurs), certains
comme des héros (nous pensons en particulier à ce jeune soldat du Lancastria qui frôlera plusieurs fois la mort). 
Petites histoires que Luc et Marc Braeuer ont su relater et rendre vivantes.

Un bon repas bien mérité nous attendra au « Ty Mad » du Croisic que Miguel a judicieusement choisi. Nous nous sommes régalés du début jusqu’à la fin dans une ambiance très conviviale.

Après ce succulent repas et des forces retrouvées, nous sommes allés à pied découvrir nos amis les poissons à l’Océarium du Croisic. Une visite guidée, riche en informations nous a permis de (re) découvrir les poissons locaux (que certains imaginaient déjà dans leur assiette), mais aussi d’autres espèces du Lagon, plus
exotiques. Nous avons pu donner à manger aux Manchots du Cap, mais aussi suivre l’évolution des raies du Pacifique, ainsi que de plusieurs espèces de requins d’Australie.

Bref, une belle journée qui nous laissera de bons et nombreux souvenirs à tous nos amis navigateurs. 

Et un grand merci à la commission « sortie » qui a assuré une
parfaite organisation, pour notre plaisir.

Muriel et William

lundi 26 février 2018

L'APPV remets un chèque de 600 euros à la SNSM

Christophe Roumagnac remets le chèque à la SNSM
La SNSM n’ayant pu être présente à notre Assemblée générale, notre Association, par l’intermédiaire de son ancien Président Christophe Roumagnac et de son Président actuel Etienne Dupont, a donc remis ce vendredi 23 février un chèque de 600 euros.
Il faut rappeler que nos adhérents au moment de verser leur cotisation peuvent faire un ajout, cette somme est ensuite verser intégralement à la SNSM.
La somme versée ci dessus correspond à celle récoltée au moment des cotisations 2017.
L’APPV remercie tous les généreux donateurs.

lundi 19 février 2018

Une belle journée à Conleau pour fêter "Le Ouf"

à gauche,Jo Legris, au centre Bernard Rousseau et à droite Gérard Bodo, devant "Le Ouf" en arrière plan
Après 35 ans de nav, Bernard Rousseau le skipper du « Ouf » pose son sac à terre pour raison de santé.

Beaucoup d’émotions ce week-end au Corlazo : Bernard a invité les skippers avec qui il a navigué depuis l'Angleterre jusqu'en Espagne pour partager le verre de l'amitié.
L'occasion de se remémorer tous nos bons moments passés ensemble sur l'eau.

Une grande consolation pour Bernard, son voilier "Le Ouf" peut rester à Conleau sur l'ancien mouillage de Label Vie !

jeudi 25 janvier 2018

Port de Vannes. Des religieuses signent la pétition contre un projet de skatepark

Le skatepark de 970 m2 sera dédié aux skateboards, aux rollers, aux BMX et aux trottinettes.
Il comprendra des obstacles (vingt au total). Le projet devrait voir le jour en juillet sur la rive droite | Lionel Cabioch

Le projet de skatepark sur la rive droite du port de Vannes continue de faire des remous. Dernier épisode en date après le recours gracieux déposé par les plaisanciers auprès du maire : une pétition a été lancée par des riverains. Parmi les signataires figurent 27 religieuses de la communauté des Sœurs de la Charité Saint-Louis installée place Théodore-Decker.
C’est une prise de position insolite ! Les vingt-sept religieuses de la communauté des Sœurs de la Charité Saint-Louis installée place Théodore-Decker sur le port de Vannes sont généralement plutôt discrètes. Mais une fois n’est pas coutume, elles ont décidé de sortir de leur silence car le projet de skatepark qui devrait voir le jour d’ici l’été risque de nuire à leur tranquilité. Elles viennent de signer la pétition lancée par vingt-quatre riverains, habitant la résidence « Quai rive droite », rue Mgr Pancemont.
Ce que tous redoutent ? « Les claquements des skateboards sur les obstacles (sauts, glissades, dérapages), bruit de fond sur les bandes de roulement, musique des équipements audio, sans parler des soirées festives et très tardives qui en découleront »,énumèrent les signataires de la pétition qui réclament « l’abandon de ce projet ».

« Problèmes de sécurité » et « nuisances sonores »

Les pétitionnaires concluent : « Après les nuisances sonores engendrées par les répétitions du Bagad de Vannes dans les anciens locaux de l’école normale féminine, devrons-nous subir celles du futur skatepark juste derrière la propriété des sœurs et face à nos immeubles ? »
Il y a quelques jours, l’Association des plaisanciers du port de Vannes (APPV) a déposé un recours gracieux auprès du maire de Vannes David Robo. Ses membres réclament le déplacement du projet. « On n’est pas contre la création d’un nouvel équipement de ce genre, mais pas à cet endroit, car ça posera des problèmes de sécurité à ses utilisateurs, sans parler des nuisances sonores »
Cet espace de 970 m2 sera dédié aux skateboards, aux rollers, aux BMX et aux trottinettes. Il ne comprendra pas de modules en plastique ou en bois mais des obstacles (vingt au total, qui seront fusionnés et non pas isolés). Le tout sera conçu en béton, jugé moins bruyant.
Plans inclinés, marches, rails… devraient lui permettre d’être homologué pour la compétition. L’appel d’offres vient d’être lancé. L’association annonce qu’elle déposera un référé auprès du tribunal administratif si le chantier venait à démarrer.
@Ouest-France

mardi 9 janvier 2018

Etienne Dupont, nouveau Président de l'APPV, est dans le Ouest-France !

Article de Ouest-France du lundi 8 janvier 2018

Skate-Park : Les plaisanciers vent debout !

Avec le projet d'implantation du skate-park sur la Rabine (près des arbres à droite sur la photo), l'espace sera plus restreint pour les promeneurs
et la statue de Lesage (ici en arrière-plan) devra être déplacée

Prévu pour l'été prochain sur la rive droite du port, le projet de skate-park pourra-t-il voir le jour près de l'office de tourisme ? 

Car l'association des plaisanciers vient de déposer un recours en arguant de « l'illégalité du permis de construire et le non respect des normes de sécurité ».

 

Depuis le 21 décembre, le maire, David Robo, et chacun de ses adjoints et des conseillers municipaux ont entre les mains le dossier que l'avocat Me Pierre-Yves Matel leur a adressé au nom de l'Association des plaisanciers du port de Vannes (APPV), au titre d'un recours gracieux pour contester l'implantation d'un skate-park sur la rive droite du port, près de l'office de tourisme. 
Pour l'instant, l'affaire n'en est qu'au stade administratif avec une demande de retrait du permis de construire délivré le 16 novembre 2017. 
Mais elle pourrait passer à celui du contentieux judiciaire si la municipalité maintient sa décision de réaliser sur cet emplacement ce projet qui constituait l'un des moteurs de sa campagne électorale auprès des jeunes, lors des municipales en mars.

« Un projet avec des illégalités »


« Nous ne sommes pas contre un projet de skate-park, mais son implantation près du port est mal choisie pour la sécurité des usagers de cette future installation, pour les spectateurs et les riverains. 
Il faut le construire ailleurs et aux normes », explique Christophe Roumagnac, président de l'APPV. 
Samedi après-midi, le sujet sera au coeur de l'assemblée générale de cette association, mais reste à savoir si le maire ou son adjointe au tourisme viendront s'expliquer devant les plaisanciers...

Sept points de contestation


Dans ce recours, sept points principaux, à la fois sur le fond et sur la forme, sont développés par Me Matel pour 
« solliciter le retrait d'autorisation d'urbanisme, compte tenu des illégalités qui l'affectent ».
 Il met ainsi en exergue le fait que le permis a été signé par le premier adjoint « sans que ne figure au dossier l'arrêté portant délégation de pouvoir autorisant l'élu à signer un tel document ». 
Autre point, la société d'architecture auteur du projet ne serait pas inscrite à l'Ordre des architectes comme l'exige le Code de l'urbanisme pour une réalisation de cette taille.
Autre situation surprenante dans ce dossier : pour construire ce skate-park il sera nécessaire de déplacer la statue du romancier Alain-René Lesage. Or, le conseil municipal n'a pris aucune délibération dans ce sens...

Pas d'étude sur le bruit


« D'autres obligations qui n'ont pas été respectées sont encore plus importantes », souligne Christophe Roumagnac.
 « Aucune étude d'impact n'a été menée sur l'environnement et la sécurité pour un tel équipement alors que vont devoir cohabiter des skaters et des promeneurs pour lesquels l'espace de passage sera considérablement diminué. 
Il y a aussi un non-respect de l'arrêté préfectoral qui impose une étude acoustique pour ce type d'aménagement qui génère du bruit et est souvent accompagné de musique.
 Enfin cette partie de la rive droite est une zone naturelle sur laquelle le plan local d'urbanisme n'autorise que des activités liées au tourisme, au nautisme et au fonctionnement du port, ce qui n'est pas le cas de ce skate-park ». 
Mais c'est aussi sur l'aspect de la sécurité de cette future installation que l'association des plaisanciers veut davantage mettre le doigt (lire ci-dessous). En s'appuyant sur l'expérience de certains skateurs et sur la non conformité aux normes exigées pour les skate-parks et les équipements en plein air en accès libre.

C'est la sécurité de tous qui est en jeu... 


Pour donner son accord à ce skate-park implanté en secteur sauvegardé quand l'extension de celui-ci sera entérinée par le préfet, l'architecte des Bâtiments de France a exigé qu'aucun grillage ne ferme cette installation. 
Il en résulte un équipement ouvert en permanence, qui s'insère entre les très proches constructions de l'office de tourisme et de toilettes publiques, mais aussi entre une vingtaine d'arbres, la promenade de la Rabine et la fréquentée avenue de Lattre-de-Tassigny. 
Les pratiquants et les spectateurs et passants devront donc cohabiter dans un espace sans véritable protection. 
« C'est la sécurité de tous qui est en jeu dans un lieu déjà très fréquenté. Or, on sait que les disciplines de la glisse ne sont pas sans danger », soutient Christophe Roumagnac. 

Me Pierre-Yves Matel se veut plus précis : « Le projet ne présente aucune plate-forme en haut des rampes formant les couloirs de glisse. De même, il n'existe aucun garde-corps pour préserver la sécurité. Aucun obstacle ne doit se trouver à moins de 2 m. Or, plusieurs arbres sont très proches des rampes de glisse ». 
Certains skateurs abondent dans le même sens : « Jamais un tel équipement ne sera validé par une commission de contrôle pour la pratique et encore moins pour une compétition. La hauteur des tremplins impose des profondeurs de recul plus importantes. Il n'y a pas de rambardes de protection à la fois pour les pratiquants et les badauds. Les arbres sont trop proches ».

© Le Télégramme